Saïd El Mansour Cherkaoui

Quelles sont les possibilités de telles avancées dans la coopération économique et financière entre le Maroc et la Chine ?

Le train à grande vitesse peut-il être le moteur pour accroître et consolider la relation maroco-chinoise ?


Le présent article présentant l’interview de Son Excellence l’Ambassadeur de Chine au Maroc établira une base pour comprendre où et comment la prochaine étape et les opportunités potentielles où la Chine peut contribuer directement avec sa technologie et son savoir-faire ainsi qu’au niveau de financement des infrastructures, de l’agriculture, de l’approvisionnement en eau et du développement des secteurs essentiels au Maroc.

Pour permettre à nos lecteurs de saisir le niveau de relation existant entre le Maroc et la Chine, j’ai également ajouté mon analyse précédente sur les interactions des deux pays dans un passé proche.

Cette collection de publications apportera un éclairage nouveau sur ce développement à travers le nouveau projet TGV de relier Casablanca à Agadir et au-delà.


Le train, le train, le TGV, n’est plus une île fantastique

En novembre 2018, la ligne à grande vitesse (LGV) Tanger-Casablanca a été inaugurée par le président français Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI. Ils ont officiellement lancé l’Al Boraq , le premier train à grande vitesse (TGV) d’Afrique . L’Al Boraq relie la ville côtière nord de Tanger avec la capitale, Rabat, et le centre d’affaires du pays, Casablanca , les temps de trajet sont considérablement réduits à 50mn au lieu de 3h15mn pour le trajet Tanger-Kenitra, 1h20mn au lieu de 3h45mn pour Tanger-Rabat, et 2h10mn au lieu de 4h45mn pour Tanger-Casablanca réduisant de moitié les temps de parcours, passant de 4h45 à 2h10.

Le Boraq est le fruit d’un partenariat entre l’opérateur ferroviaire national marocain et la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). Ce partenariat s’est traduit par la création à Rabat de l’Institut de Formation Ferroviaire (IFF) au profit des cheminots du Maroc, de France et d’autres pays de la région, ainsi que par la mise en place d’une joint-venture entre l’ONCF et la SNCF pour le maintien du haut -trains à grande vitesse, tout en permettant à l’ONCF de développer progressivement ses compétences dans ce domaine.

En fait, le projet de 2 milliards de dollars est en développement depuis une décennie, financé par les gouvernements du Maroc, de la France, de l’Arabie saoudite, du Koweït et des Émirats arabes unis. Ce TGV est le double de la vitesse du  Gautrain sud-africain , lancé en 2012, qui ne répond pas aux  critères  de la grande vitesse ferroviaire.

https://youtube.com/watch?v=HNmgVCXxfpM%3Ffeature%3Doembed

La liaison Tanger – Casablanca a été construite comme premières couches pour une connexion ultérieure avec les destinations touristiques de Marrakech et Agadir et même au-delà. Par rapport au train conventionnel passé, le TGV a réduit le trajet de plus de cinq heures à 90 minutes.


A l’époque, le directeur général de l’Office National des Chemins de Fer – ONCF, déclarait : “Nous visons six millions de voyageurs par an après trois ans d’exploitation commerciale, au lieu de trois millions actuellement”, avait déclaré Mohamed Rabie Khlie, directeur général. de l’ONCF, dans une récente interview au  Monde . “Cela devrait nous permettre d’atteindre une marge d’exploitation largement supérieure à celle des trains classiques et justifiera le développement.”

Le directeur général a poursuivi en ajoutant que l’augmentation du nombre de passagers avait provoqué une “saturation du réseau”, faisant de la nouvelle ligne une nécessité.

Il a nié qu’un service amélioré entraînerait des coûts élevés pour les passagers.

“Nous ferons circuler des trains destinés aux Marocains et donc adaptés au pouvoir d’achat des Marocains”, a déclaré Khlie. “Nous ne voulons pas d’un train réservé aux clients haut de gamme.”

Après plus d’un an de fonctionnement, il continue d’exceller.

La compagnie marocaine ONCF tablait sur six millions de passagers après trois ans d’exploitation. Le coût de la LGV, financé à 50% par la France au travers de divers emprunts, s’élève à environ 23 milliards de dirhams (environ 2,19 milliards d’euros), soit près de 15% de plus que les premières estimations, mais bien en deçà des coûts moyens européens.

Jugé cher et inutile à ses débuts en 2018, le train à grande vitesse Al Boraq, nommé  en référence à une fantastique charpente ailée de la tradition islamique, fait désormais l’unanimité. Son succès ne se dément pas. En 2019, Al Boraq a transporté plus de 3 millions de passagers depuis son lancement, avec des arrivées à l’heure dépassant 97 % et une satisfaction des passagers de 92 %. Un élan brisé par le Covid-19.

Porté par le succès d’Al Boraq, le Maroc a plusieurs nouveaux projets ferroviaires en préparation. La SNCF entend jouer un rôle dans :

  • extension du service à grande vitesse de Kénitra à Rabat
  • construction d’une ligne à grande vitesse de Marrakech à Agadir
  • lancement d’un système ferroviaire de banlieue pour Casablanca
  • construire et rénover des installations de maintenance

Les Financiers Européens emmènent l’Al Boraq vers le Vert Pâturage de l’Euro : Est-ce un Autre Cheval de Troie Vert comme Panneau Stop pour la Chine ?

L’investissement de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement dans Al Boraq

Le marché des obligations vertes se développe au Maroc. L’Office national des chemins de fer (ONCF) vient d’émettre une obligation verte sur le marché des capitaux d’infrastructure. C’est une première dans le royaume chérifien. L’obligation verte, d’une valeur d’un milliard de dirhams (l’équivalent de 95,4 millions d’euros), a été souscrite par plusieurs investisseurs nationaux.

A l’international, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a souscrit à cette opération avec un investissement de 200 millions de dirhams, soit l’équivalent de 19,2 millions d’euros. L’ONCF a été accompagné dans cette opération par CDG Capital, une banque basée à Rabat au Maroc. Cette obligation  « sera alignée sur les critères de transport terrestre à faible émission de carbone du Climate Bonds Standard, vérifiée par une seconde partie et certifiée par le Climate Bonds Standard Board. Il bénéficiera également d’une garantie du fournisseur public Tamwilcom »,  a déclaré la BERD.

Dans une obligation verte certifiée émise pour financer le réseau ferroviaire national à grande vitesse du Maroc, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) investit 200 millions de MAD (19,2 millions d’euros)

Depuis le 1er janvier 2022, le train à grande vitesse d’Al Boraq est passé à l’énergie verte, a indiqué l’Office national des chemins de fer (ONCF) dans un communiqué. « Le pari de l’ONCF est désormais d’alimenter, à terme, l’ensemble de ses trains entièrement en énergie propre, avance l’ONCF, notant que les trains d’Al Boraq seront les premiers à proposer des trajets éco-responsables au ‘100%’. l’éolien”,  rapporte l’agence MAP qui cite le communiqué. L’entreprise ferroviaire écologise le cycle d’approvisionnement en électricité du réseau ferroviaire en remplaçant sa consommation d’électricité par de l’énergie propre. L’ONCF met progressivement en œuvre sa transformation verte, déplaçant 25 % de sa consommation énergétique globale vers l’énergie verte, atteignant 50 % en 2023 avant de la porter à tous à moyen terme.

  • Le 28 juillet 2022, la BERD investit 200 millions de MAD (équivalent de 19,2 millions d’euros) dans une obligation verte pour l’opérateur ferroviaire marocain Office National des Chemins de Fer du Maroc (ONCF)
  • Première obligation verte dans le secteur des infrastructures au Maroc
  • L’ONCF utilisera le produit de cette opération pour refinancer la dette contractée pour la construction de la première ligne à grande vitesse du Maroc avec une vitesse maximale de 320 km/h. 

La BERD est le seul investisseur international dans l’obligation, qui sera alignée sur les critères de transport terrestre à faible émission de carbone du Climate Bonds Standard, tel que vérifié par une seconde opinion et certifié par le Climate Bonds Standard Board. Il bénéficiera également d’une garantie fournie par le fournisseur de garantie de l’État Tamwilcom.

Le Maroc est membre fondateur de la BERD et est devenu un pays d’opérations en 2012. À ce jour, la BERD a investi plus de 3,5 milliards d’euros dans le pays à travers 88 projets.

La nouvelle liaison projetée entre Casablanca et Agadir

La Chine convoite la construction de la deuxième ligne de train à grande vitesse, “Al-Boraq”, qui reliera Casablanca et Agadir

Ce projet de TGV reliant Casablanca à Agadir sera en fait une extension de celui existant entre Tanger et Casablanca qui a été construit par le géant français Alstom. L’importance de cette ligne est d’être aussi un prélude à l’intégration des Provinces du Sud marocaines à travers l’achèvement et la mise en place d’une liaison ferroviaire à grande vitesse.


La région du Sahara marocain comprend les dix provinces suivantes : Guelmim, Assa-Zag, Tan-Tan, Sidi Ifni, Laâyoune, Boujdour, Tarfaya, Es-Semara, Oued Ed-Dahab et Aousserd. Conformément à l’Initiative marocaine d’une grande autonomie pour la région du Sahara, cette région servira de pilote et de modèle pour sa régionalisation avancée et des infrastructures et d’autres projets axés sur l’énergie sont prévus de mettre en œuvre en tant qu’initiatives supplémentaires pour accroître le développement de ces régions du sud. .

La nouvelle ligne de train à grande vitesse (TGV) qui reliera Casablanca à Agadir est sur la table et cela peut être une offre et un projet très compétitifs pour réussir à l’acquérir. La France a déjà construit le TGV reliant Tanger à Casablanca et la distance ferroviaire entre les deux villes est d’environ 222 miles et la distance routière entre Casablanca et Agadir est en fait de 289 miles.


Rabat – Casablanca à Agadir : Tread of Rail Connection for Political Benefits

Alors que Casablanca est le centre économique et financier du Maroc, Agadir est en fait le centre politique de l’actuel Premier ministre marocain, Azziz Akhanouche. Agadir, la ville côtière du sud est le fief politique du premier ministre, où il exerce également les fonctions de maire : Ainsi, Agadir a bénéficié de plusieurs contrats de développement depuis le début de l’année 2022. Ce projet du TGV entre Casablanca et Agadir en fait partie. tentative qui peut conforter la position du Premier ministre Azziz Akhnouche qui est en réalité au centre de la colère traversant toutes les lignes sociales donnant la poussée inflationniste et la hausse des prix des produits énergétiques.


Relations d’amitié et de coopération entre le Maroc et la Chine

Depuis 1958, deux ans seulement après l’indépendance du Maroc, Pékin et Rabat ont établi des liens officiels en 1958. Plus récemment et depuis 2016 lors de la visite du roi du Maroc à Pékin, les accords entre la Chine et le Maroc, signés par le président chinois XI Jinping et Roi Mohammed VI, en 2016, la coopération sino-marocaine est entrée dans une phase exponentielle. Plusieurs projets ont vu le jour, donnant lieu à un échange de vues approfondi sur des questions bilatérales ainsi que sur des sujets d’intérêt commun entre le Maroc et la Chine.

Les relations de coopération entre le Maroc et la Chine ont pris une nouvelle dimension en 2016, lorsque de nombreux accords ont été conclus entre les deux pays qui ont été couronnés par la réalisation de divers projets dont l’inauguration du Centre Culturel de Chine à Rabat et le lancement d’une ligne aérienne directe liaison Casablanca-Pékin.

Le Maroc soutient le principe d’une seule Chine tandis que le gouvernement de la République populaire de Chine “Au cours des cinq dernières années, ont voté en faveur des résolutions du Conseil de sécurité sur le Sahara, et sont en faveur d’une solution politique permanente qui peut satisfaire toutes les parties concernées dans le conflit. La Chine essaie d’aider à construire une solution politique à ce dossier, et de soutenir le retour du processus politique sur ce dossier conformément aux résolutions et recommandations de l’ONU ». Il s’agit d’une déclaration de l’Ambassadeur de Chine au Maroc, Son Excellence Li Ghanglin qui a ajouté que la Chine suit de très près le dossier au niveau des Nations Unies.

Son Excellence Li Ghanglin, l’ambassadeur a affirmé que “le Maroc est un partenaire naturel dans la mise en œuvre avec la Chine de l’initiative “la Ceinture et la Route”, rappelant que “le Maroc est aussi le premier pays du Maghreb à avoir signé en 2017 le plan de mise en œuvre conjointe de l’initiative avec Chine », ajoutant qu’il vise à faciliter le commerce et les investissements chinois au Maroc.

L’ambassadeur a déclaré que le moment est venu de développer davantage la coopération entre la Chine et le Maroc étant donné que leurs relations bilatérales et diversifiées « sont dans une dynamique ascendante. Et en tant qu’ambassadeur, je m’en réjouis. [et] “Je suis prêt, avec nos amis marocains”, à travailler à la diversification des partenaires du Maroc et à “l’identification de nouveaux domaines de coopération”, a déclaré l’ambassadeur.

« La Chine veut renforcer ses relations avec Rabat. Nous savons que le Maroc se tourne davantage vers l’Occident et l’Europe, mais avec la montée en puissance de la Chine, nous tendons la main pour aider le Royaume, notamment dans le domaine des infrastructures où nous nous sommes beaucoup développés », a mentionné Li Changlin, Ambassadeur de la République populaire de Chine au Maroc lors d’une récente interview accordée au journal marocain Hespress.

« J’ai reçu, ces derniers jours, une délégation chinoise qui a un partenariat de travail avec le groupe OCP, pour la construction d’unités agricoles. Ce partenariat concerne principalement la bonne extraction des engrais afin de les utiliser dans le domaine agricole, de manière intelligente et durable », ajoute l’ambassadeur Li Changlin.

Autres domaines d’intérêts communs et de coopération entre la Chine et le Maroc

Au cours de cet entretien, Son Excellence Li Changlin est également intervenu sur d’autres sujets liés à l’actualité économique, notamment l’agriculture, la construction de barrages hydrauliques et l’initiative “Belt and Road”, tout en mettant l’accent sur l’expérience que la Chine a maîtrisée dans chacun des ces domaines.

S’agissant de l’agriculture, et après avoir rappelé l’expertise et le savoir-faire chinois dans ce secteur, en Chine comme dans de nombreux pays, notamment en Afrique subsaharienne, Li Changlin a affirmé que son pays avait beaucoup à apporter au Maroc.

Maroc-Mise-à-jour-économique-_-La-reprise-est-à-sec-20-juillet-_-2022Télécharger


“Il y a un potentiel de coopération dans le secteur agricole et la construction de barrages”, son Excellence M. Li Ghanglin précise qu’il est essentiel que “les responsables marocains aient confiance dans l’expérience chinoise pour que nous puissions travailler ensemble dans ces secteurs, afin de améliorer le rendement des céréales « et sécuriser les besoins en eau du Maroc.  

Son Excellence l’Ambassadeur a ajouté que la Chine est prête à mettre son expertise au service du secteur agricole marocain pour aider le Maroc à faire face aux effets de la sécheresse dont il souffre, a déclaré l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine au Maroc, SEM Li Changlin qui a appelé les responsables marocains à faire confiance à l’expérience chinoise.

Maroc et Chine : le train à grande vitesse une vitrine pour le reste de l’Afrique

Dans l’interview accordée à Hespress, Son Excellence Li Changlin n’a pas caché les intentions de la Chine de se tailler une place dans l’important projet, soulignant sa détermination à remporter le contrat d’extension de la ligne TGV reliant

Le diplomate est convaincu que la participation de la Chine à la réalisation du projet TGV apportera “une valeur ajoutée à l’approfondissement du partenariat stratégique entre nos deux pays”, a-t-il dit.

Et pour cause, Pékin aspire ouvertement à participer à la réalisation de ce gigantesque projet. Le prix de cette extension du TGV de Casablanca à Agadir sera estimé à plus de 75 milliards de dirhams. 

La Chine cherche à être le constructeur et a commencé à se placer dans une position que beaucoup ne peuvent égaler. A ce titre, Son Excellence Monsieur Li Changlin, Ambassadeur de Chine au Maroc donne le ton et le ton d’une telle démarche et volonté de la Chine pour construire cette extension du TGV, notamment en présentant la qualité des relations entre le Maroc et la Chine. et l’expertise éprouvée de China Technology and Know-How dans la construction de ce train à grande vitesse et sa riche expérience dans la construction de grandes infrastructures.

A travers son ambassadeur au Maroc, Li Changlin, la République populaire de Chine a clairement exprimé son souhait de réaliser cette nouvelle ligne de train à grande vitesse qui reliera Casablanca à Agadir, arguant que le Royaume peut compter sur une expertise de pointe dans ce domaine et sur une expérience internationalement reconnue.

Li Changlin, ambassadeur de Chine au Maroc, a révélé que Pékin ambitionne de construire la deuxième ligne du train à grande vitesse (TGV) « Al-Boraq », qui reliera Casablanca et Agadir. “L’expérience chinoise dans le domaine des infrastructures est reconnue dans le monde entier”, a-t-il déclaré.

La Chine exporte des trains à grande vitesse de 350 km / h vers l’Indonésie pour le chemin de fer à grande vitesse Jakarta-Bandung tandis que le

Le train à grande vitesse fabriqué en Chine atteint 350 KMH (217,48  MPH ) tandis que le train Al Boraq fabriqué en France et actuellement en service entre Tanger et Casablanca au Maroc roule toujours à une vitesse impressionnante de 300 KMH (186 MPH )

https://youtube.com/watch?v=tm2_JGu0Yow%3Ffeature%3Doembed

Carte de financement et d’avantage technologique pour la Chine : un guichet unique au lieu de multicouches de constructeurs et d’institutions financières

L’expertise chinoise dans le domaine des infrastructures n’est pas le seul argument évoqué par ce dernier pour gagner les faveurs des décideurs marocains sur ce projet. A la lumière de la récente décision de la Chine d’annuler la dette de plusieurs pays africains peut être également considérée comme un levier pour l’engagement de la Chine à participer au développement de l’Afrique sans alourdir le poids de la dette extérieure sur les projets correspondants. 

Au cours de son entretien, le diplomate a subtilement évoqué un aspect important dont la Chine peut se vanter d’avoir, celui du financement dudit projet. Un aspect qui ne peut laisser indifférent le Maroc qui a récemment fait savoir qu’il cherchait des « solutions innovantes » (selon l’expression du ministre des Transports et de la Logistique) pour financer ledit projet.

“La réalisation d’un tel projet prend en compte l’aspect technique, mais aussi la mobilisation des financements”, a-t-il dit avant de concéder que “c’est au Maroc, aux autorités compétentes du Maroc, de choisir leur partenaire”. Et, de toute façon, « la Chine essaie de rattraper le Maroc ».

Coopération bilatérale entre le Maroc et la Chine

Comme pour souligner l’intérêt de cette initiative, Li Changlin confie que son pays a mené plusieurs chantiers ces dernières années dans le cadre de son implantation au Maroc.

Le diplomate cite ainsi City Discastel à Kénitra, qui fabrique des jantes en aluminium. La majeure partie de la production de cette unité, qui a nécessité un investissement total de 600 millions de dollars, est exportée aux États-Unis et en Europe.

Autre projet et non des moindres, celui de « Tanger Tech » qui comprend trois unités : industrielle, logistique et immobilière.

Par ailleurs, le diplomate affirme que « les entreprises chinoises estiment que le Maroc dispose d’atouts extraordinaires. A savoir : la proximité avec l’Europe, l’Afrique, le monde arabe… ». Ils estiment également qu’elle « a une politique d’attractivité et d’investissement attractive » et peut s’appuyer sur une main-d’œuvre qualifiée.

Li Changlin a conclu sa présentation en déclarant que la Chine veut faire du Maroc “un carrefour pour entrer en contact d’affaires avec l’Afrique, l’Europe et le monde arabe”, a-t-il conclu.

Leave a Reply