November 29, 2022

Updated 9/9/2022 – Posted Initially Said El Mansour Cherkaoui 
Sciences Po, Grenoble
Institut de Recherche Economique et de Planification, Grenoble
Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, Paris
Université de la Sorbonne, Paris III



Actuellement, tout ce qui touche le crypto actuellement est une aventure sans découvertes ni exploration si ce n’est la faillite au bout du chemin si ce n’est pendu par dessus la tête des investisseurs cherchant un refuge, un territoire no state’s land, une arnaque numérique sans tapage. Ces caractéristiques sont les attraits et la force du crypto qui sont basés sur l’effet des moutons de Panurge et les discours glorifiant et tapageant sur le profit sans fin. Tout ce vacarme a trouve ses propres limites et les Etats maintenant s’occupe de cet aspect devenu une gangreneuse du système monétaire étatique et qui met le système judiciaire en face d’un dilemme et d’une situation flagrante d’arnaque qui se présente comme victime des soubresauts de la conjoncture financière et productive d’ordre capitaliste.

https://www.nytimes.com/2022/08/18/technology/crypto-crash-investments.html#:~:text=Listen%20to%20This,Listen%2011%3A24

Ainsi, aux Etats Unis, une montée de protestations en parallèle a une émergence de groupes des investisseurs dans le crypto se forment pour pouvoir défendre leurs intérêts face a cette cascade de faillites faisant tomber les blockchains et les compagnies gérant les fonds rendant ainsi tout ce qui touche au crypto que ce soit l’investissement comme le prêt des effets nébuleux d’une tendance inflationniste qui n’a pas d’origine ni base de production fiduciaire garanti par des dépôts et des réserves ou des droits de retrait dans des institutions bancaires, financières ou même monétaires ayant l’aval direct et indirect des Etats nationaux.

Robinhood touché par le krach du marché de la cryptographie

April 2022, under the Hood, Robinhood a déjà licencié 9% de ses effectifs lors d’une précédente série de licenciements.

Robin the Hood in New York: Robinhood condamné à une amende de 30 millions

Crypto Arm de Robinhood condamné à une amende de 30 millions de dollars pour des échecs de lutte contre le blanchiment d’argent. Le mardi 2 août 2022, le principal régulateur financier de New York a infligé une amende de 30 millions de dollars à la branche crypto du courtier Robinhood Markets pour avoir prétendument enfreint les règles de lutte contre le blanchiment d’argent et de cybersécurité.

Robinhood réduit les emplois en licenciant 23% de son personnel

Le courtage en ligne Robinhood licencie 23% de ses effectifs lors de sa deuxième série de réductions d’effectifs cette année. Les suppressions d’emplois à l’échelle de l’entreprise “font partie d’une réorganisation plus large de l’entreprise”, a écrit le PDG et co-fondateur Vlad Tenev dans un article de blog, mais les réductions affectent principalement les rôles d’exploitation, de marketing et de gestion de programme. Tenev dit également que la décision de nouvelles réductions est intervenue après avoir réalisé que la réduction des effectifs de 9% en avril “n’allait pas assez loin” compte tenu de l’inflation et du crash des marchés de la cryptographie.

  • La division crypto de Robinhood a été condamnée à une amende de 30 millions de dollars par les régulateurs de New York qui ont déclaré avoir trouvé des “défaillances importantes” dans la lutte contre le blanchiment d’argent et la conformité à la cybersécurité.

Crypto Casino Royal – Cryptop Secret Mania

CRYPTOCURRENCY Posted December 5, 2021 – Said El Mansour Cherkaoui – Updated June 19, 2022 & July 6, 2022 Sciences Po, Grenoble Institut de Recherche Economique et de Planification, Grenoble Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, Paris Université de la Sorbonne, Paris III Time has given me confirmation and make my analysis right on the money and here the article I published on December 5, 2021 … Continue reading


Bitcoin plunges overnight – CNN

04/12/2021 – Bitcoin prices plunged overnight to a low of about $43,000.


Echange Initial sur la Cryptomonnaie

Pour l’instant c’est de la pure arnaque comme les casinos.  

Une monnaie qui flotte sans direction, ni valeur ajoutée productive et croissante et qui n’est non plus basée sur une réserve.  

Cette réserve devrait être un surplus dont plusieurs transactions interbancaires vérifient et sanctionnent, contrôlent et accroissent sa base de transfert, de convertibilité [exemple des Banques Centrales et du LIBOR] et de réalisations comme forme de dépôt, d’échange, de conversion, de règlement, d’emprunt et de support à des productions intégrées dans le circuit de la circulation internationale régionale, nationale et interbancaire.  

Ajoutez à cela, la Cryptomanie n’est point utilisée pour paiement de dettes, des obligations financières tel que les impôts.

Si toutes ces procédures ne sont point existant dans l’identité fiduciaire et la valeur financière de la Cryptomanie, elle ne peut donc revendiquer une légitimité financière institutionnelle et monétaire légale.

Ce n’est ni le nombre de participants, ni le niveau des transactions, ni le montant réalisé, ni les slogans et les discours propagandistes qui vont donner une légitimité à la Cryptocratie et la Cryptorobotech.

Attendons Sidna Kdar pour mieux

Si votre vision se fonde sur la régulation par un tier de confiance c’est qu’effectivement vous n’avez pas compris grand chose aux crypto-actifs.

A l’heure actuelle des pays, de grandes institutions et des entreprises d’envergure internationale ont converti une partie de leurs trésorerie en crypto….

Je vous invite à analyser les market cap crypto vous comprendrez sans doute que cela n aucun rapport avec du gambling, hormis peut être les futurs markets mais cela existe aussi dans la bourse conventionnelle 😉

Réponse de Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D. 

Tout d’abord, j’aimerais avoir des citations précises sur ce que vous écrivez :

« Aujourd’hui, les pays, les grandes institutions et les entreprises internationales ont converti une partie de leur argent en crypto… ».

Ces conversions … quelles sont les utilisations finales et leurs transactions correspondantes et quelle est la garantie et réserve de leur solvabilité, la valeur d’échange et au niveau de la valeur de convertibilité.

Cette conversion crypto fournit-elle une couverture contre les risques de change, de spéculer sur des événements géopolitiques?

Dans les hedge funds, il n’y a pas de pays.

Je vous cite : « A l’heure actuelle les pays,…. Ont converti une partie de leur cash en crypto….

Crypto permet-il aux entreprises mondiales la même fonction Forex en ce qui concerne les marchés des changes pour couvrir le risque de change associé aux transactions étrangères et les transactions anonymes qui véhiculent un blanchiment de la monnaie?

De plus, plus de 70% des bitcoins sont stockés à des fins spéculatives, préjudiciable à son utilisation. De plus, l’anonymat est utilisé par les techniciens et les e-commerçants pour acheter des biens illicites.

Enfin, Si Hamza Dalil est ce que tu connais cette Dame?


La Fraude “OneCoin” au Féminin

“Bitcoin” a été la première monnaie électronique et reste la plus importante et la plus connue – sa hausse de valeur de quelques centimes à plusieurs centaines de dollars par pièce à la mi-2016 avait provoqué une frénésie d’enthousiasme parmi les investisseurs.

Ruja Ignatova s’est appelée la “reine de la monnaie numérique”. Elle a dit aux gens qu’elle avait inventé la monnaie électronique pour concurrencer Bitcoin, et les a persuadés d’investir des milliards.

This image has an empty alt attribute; its file name is 109681066_queen_promo-nc.png

Début juin 2016, la femme d’affaires de 36 ans, le Dr Ruja Ignatova, est montée sur scène à la Wembley Arena devant des milliers de fans en délire. Elle était vêtue, comme d’habitude, d’une robe de bal coûteuse, portant de longues boucles d’oreilles en diamant et rouge à lèvres rouge vif.

L’idée de la monnaie numérique venait tout juste d’entrer en vogue. Beaucoup de gens cherchaient à s’impliquer dans cette nouvelle opportunité étrange.

“OneCoin”, a déclaré le Dr Ruja au public de Wembley, était le “Bitcoin Killer”. “Dans deux ans, personne ne parlera de Bitcoin !”, a-t-elle pleuré.

Elle a déclaré à la foule enthousiaste que “OneCoin” était sur le point de devenir la plus grande monnaie électronique au monde “pour que quiconque puisse effectuer des paiements n’importe où”

Des documents divulgués à la BBC montrent que les Britanniques ont dépensé près de 30 millions d’euros (19 678 709 999 FCFA) sur OneCoin au cours des six premiers mois de 2016, dont 2 millions d’euros (1 311 913 999 FCFA) en une seule semaine – et que le taux d’investissement pourrait ont augmenté après l’extravagance de Wembley.

Entre août 2014 et mars 2017, plus de 4 milliards d’euros (2 623 828 000 FCFA) ont été investis dans des dizaines de pays. Du Pakistan au Brésil, de Hong Kong à la Norvège, du Canada au Yémen… et même en Palestine.


Said Cherkaoui
Entreprises de rang international:
– BlackRock
-Grayscale
-Tesla
– MicroStrategy
-JP Morgan
-Goldman Sachs
Apple annonce vouloir convertir en btc une partie de ses avoirs; à suivre…

Pays:
– le Salvador a adopté le bitcoin comme devise nationale… d’autres viendront s’ajouter à la liste avec l’ hyperinflation galopante.

Depuis le premier trimestre 2020 des enseignes comme Décathlon, Conforama, Sephora, Foot Locker et bien d’autres acceptent le paiement en Bitcoin sur leurs sites en ligne et également en magasin.

« 70% du BTC stockés à des fins » source de cette info ?

Pour le reste Google sera votre ami 🙂


Hamza Dali

Si Hamza relie encore mes questions.

Ta réponse ci-haut est une clone de la précédente.

Encore une nouvelle fois, tu récites les “Pages Jaunes”.

Je demandais butin, tu me réponds bottin.

Un refrain, j’aime la poésie mais pas quand cela concerne un investissement.

Je ne donnerais pas le gouvernement du Salvador en exemple et cela depuis l’assassinat de l’icone de la Théologie de Libération devant sa propre église.

Bien sur, les dirigeants du Salvador adoptent le Bitcoin, non pas pour l’inflation qui ne date pas d’aujourd’hui mais surtout pour le blanchiment de la crypto-narco comme je l’avais mentionné dans ma précédente réponse, donc tu ne fais que le confirmer.

Pour ce qui est de cette liste avec aucune capitalisation fiduciaire juste des “Entreprises de rang international” Hey la plupart d’entres elles furent condamnées dans le monde occidental.

Les enseignes comme Décathlon, Conforama, Sephora, Foot Locker: bouquet esthétique d’évasions fiscales et achats qui ne peuvent être échangés. 

Source 70% :-  Cianian, Pavel, Miroslava Rajcaniova et d’Artis Kancs , « the economics of bitcoin price formation »

Let’s wait for Sidna Kdar for better


See profile for Hamza Dalil

Comment bv Hamza Dalil

Hamza Dalil 

If your vision is based on regulation by a trusted third party, it is because you have indeed not understood much about crypto-assets.

At present countries, large institutions and companies of international scope have converted part of their cash into crypto….

I invite you to analyze the crypto market cap you will undoubtedly understand that it has no relation to gambling, except perhaps the future markets but it also exists in the conventional stock exchange 


Some of my publications related to the topic addressed by Presidente Christine Lagarde can be used as complement for my aforementioned comment while presenting the role of the World Bank and the International Monetary Fund in shaping the evolution of the World Economy with emphasis on the economies of the Southern countries. (The articles are written en Français et/and English).

Economie Mondiale en Mutation

Said El Mansour Cherkaoui – California – 15 Janvier 2021 Changing World Economy During the 1980s, the differences between non-Western countries and Third World countries became evident with regard to economic changes and progress at the level of the participation in the new industrial division of labor … Continue to read. إذا ريتا منكرن فغيره بي يديك فين لم تستطيع فغيره بي ليسانك فين لم … Continue reading


Cours et Compréhension: Monnaie et Banques

Chapitre 27 – De la monnaie et des banques On a déjà tant écrit sur la monnaie, que, dans le nombre des personnes qui s’occupent de cette matière, il n’y a guère que les gens à préjugés qui puissent en méconnaître les vrais principes. Je me bornerai donc à un aperçu rapide de quelques unes … Lire la suite


Coronavirus + Crise × Intervention de l’Etat => Circulation de Monnaie + Inflation = Chômage

COVID-19 – Coronavirus et le Besoin d’une Nouvelle Économie du Développement comme Remède National 5 – 4 = 2020 – Le 5 Mars 2020 Un Modèle Libéral Essoufflé par le Mal-Développement Durable et Ébranlé par l’absence de … Lire la suite


Changing World Economy

Said El Mansour Cherkaoui – USA 15 Janvier 2021 Sciences Po, Grenoble Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, Paris Université de la Sorbonne, Paris III During the 1980s, the differences between non-Western countries and Third World countries became evident with regard to economic changes and progress at the level of the participation in the new industrial division of labor and the implementation of industrial strategy. East … Continue reading


Response from Said El Mansour Cherkaoui 

Thank you Hamza Dalil  for your answer which allows me to extend these questions to a more global level, please find here below part of my answer given that the complexity and the various repercussions of this topic need to addressed more deeply.

First of all, I would like to have specific quotes on what you write as such and I quote you:

“Today, countries, large institutions and international companies have converted some of their money into crypto …”

In addition to giving names, I would also like to know the amounts and their end use by these countries, institutions and international companies.

Likewise, these conversions of “a portion of their money into crypto ..” are carried out and again, what are the end uses and their corresponding transactions.

These amounts in foreign currencies, they have what like guarantee and reserve of reference of their solvency at the level of the nominal value, the exchange value and the level of the convertibility value.

Regarding the reaction of legal tender of central banks and cryptocurrency, through the central bank’s controlled introduction of central cryptocurrency, within an appropriate regulatory and technical framework.

Apart from supply and demand and once again I quote you:

“Today, countries, large institutions and international companies have converted some of their money into crypto …” Do these types of transactions have the same instruments as the foreign exchange market (FX or forex) or national currencies they exchange against each other via cryptographic realizations.

Does this crypto conversion provide hedge against international currency and interest rate risks and allow them to speculate on geopolitical events and diversify their portfolios?

On the other hand in FOREX, the main players in this market are usually financial institutions such as commercial banks, central banks, fund managers and hedge funds, there is no country.

But you support and once again I quote you: “At present the countries,…. Have converted part of their cash into crypto…. So the question that arises is, how do countries stay away from FOREX and invest in crypto? 

Do you have the floor to explain this suicidal choice of public funds?

Does Crypto allow global companies to be used as is the Forex function with respect to forex markets to hedge the currency risk associated with foreign transactions and anonymous transactions that convey money laundering as well as illegal goods transfer operations under the table?

In addition, more than 70% of bitcoins are stored for speculative purposes, this can be detrimental to its use, which calls into question its credibility following the fluctuations that these prices are experiencing as a result of these speculative operations. In addition, anonymity is used by technicians and e-merchants to purchase illicit goods.

At the start of 2017, there were over 500 virtual currencies with a total market value of $ 16.8 billion, Bitcoin alone accounted for around 85% of the market.

New technologies have given birth to new instruments of currency circulation in contemporary economies, such as cryptocurrency, therefore the creation of a global capital market requires the internationalization of currencies that circulate outside their space of traditional area of operation.[3]


Crypto-Monnie a Terre

Robinhood Hit with the crash of the crypto market April 2022, under the Hood, Robinhood have already fired 9% of its workforce in a previous round of layoff. Robin the Hood in New York: Robinhood fined 30 Millions Robinhood’s Crypto Arm Fined $30 Million Over Anti-Money Laundering Failures. New York’s top financial regulator on Tuesday August … Continue reading


Libéralisme pour le Capitalisme National et Protectionnisme pour le Commerce International

Initialement publié en October 25, 2018, 9:00 am Collection et Recueil par by Said El Mansour Cherkaoui – publié en partenariat avec le Forum MEDays. “Laissez faire!”, disaient les chantres du libéralisme au XIXème siècle. En réalité, la seule nation qui pratiquait, à cette époque, un libéralisme directement inspiré des manuels d’économie politique, était la Grande-Bretagne. … Lire la suite Libéralisme pour le Capitalisme National et Protectionnisme pour le Commerce International


Débat sur la Monnaie: Economie Politique ou Politique Economique

Said El Mansour Cherkaoui 25/9/19 Oakland USA Sciences Po, Grenoble Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, Paris Université de la Sorbonne, Paris III Théorie Quantitative de la Monnaie VIEW ON THE NEW ECONOMY Vue sur la Nouvelle Economie Economie Politique ou Politique Economique MISE À JOUR LE 19 FÉVRIER 2020 Des origines lointaines Dès la … Lire la suite


Les nouvelles technologies ont donné naissance à de nouveaux instruments de circulation des devises dans les économies contemporaines, comme la crypto-monnaie, donc la création d’un marché mondial des capitaux nécessite l’internationalisation des devises qui circulent en dehors de leur espace de diffusion traditionnelle [3] Cette nouvelle technologie monétaire n’est pas géographiquement limitée car elle est basée sur Internet. Parmi les devises les plus connues, on trouve Bitcoin, Ethereum, Litecoin, XRP, Cardano, EOS, Monero, etc… .

La crypto-monnaie est une nouvelle forme de monnaie dont la nature reste finalement peu claire ou ambiguë, dans la mesure où elle ne se réduit ni à la monnaie scripturale ni à la monnaie fiduciaire [4]. Les informations de paiement sont stockées sur un smartphone et sont cryptées de manière sécurisée pour autoriser les paiements. [5]

C’est une monnaie qui permet d’effectuer des paiements en ligne depuis un site internet. Cette monnaie n’appartient à aucun état, elle n’est pas matérialisée et n’est émise par aucune banque centrale, et qui n’est soumise à aucune surveillance par aucun pays ou tout autre organisme de régulation, c’est une monnaie sans banque, reçue par ses propres utilisateurs en réseau.  Les crypto-monnaies se sont multipliées et variées, et les différences entre elles sont liées à la création, au temps passé dans le processus de négociation, à la méthode et à la distribution, et d’autres sont liées aux algorithmes responsables du processus de cryptage. 

Le risque le plus important est que ces utilisateurs ne soient pas totalement protégés, donc les responsabilités en cas l’une des parties ne respecte pas ces engagements est difficile à déterminer voire impossible, voire les modalités de règlement des différends.

Cette situation ne plaît pas aux Etats ou aux banques centrales, qui veulent aujourd’hui réguler cette monnaie virtuelle qui leur échappe, certains pays comme le Japon ou la France veulent même taxer les échanges en bitcoin, d’autres Etats ont carrément bannis comme la Chine et la Bolivie.

 Le Nigeria possède l’un des marchés de Bitcoin peer-to-peer les plus dynamiques au monde, mais jusqu’à présent, le pays a interdit la crypto-monnaie et a averti ses citoyens que les investissements en Bitcoin n’avaient aucune couverture légale. Le 12 janvier 2017, la CBN (Central Bank of Nigeria) a averti toutes les banques et les institutions financières du Nigeria de ne jamais utiliser, détenir, échanger ou négocier une quelconque monnaie virtuelle. Le 5 février 2021, la CBN a ordonné aux banques de tout le pays de fermer les comptes de toute personne effectuant des transactions en crypto-monnaies. Non seulement le Nigeria, mais aussi le Maroc, l’Algérie, la Libye, l’Egypte, la Zambie, le Zimbabwe et la Namibie ont interdit l’utilisation de la crypto-monnaie.  Au Kenya, le gouvernement n’est ni réceptif, ni opposé à la crypto-monnaie. Cependant, il avertit également ses citoyens qu’elle n’a pas cours légal, et n’offre donc aucune protection pour toute défaillance pouvant apparaître dans les affaires de crypto- monnaie. En Afrique du Sud, il n’y a pas de lois ou de réglementations spécifiques qui traitent de l’utilisation des monnaies virtuelles, cependant, un groupe de travail a été créé sur la réglementation des actifs cryptographiques examinant la position du pays sur le sujet. 

Pour les facteurs de demande, le E-commerce a créé le besoin chez les utilisateurs de pouvoir consommer à distance, il est à noter que les crypto-monnaies sont utilisées dans les opérations de E-commerce.  Aujourd’hui, des millions de transactions d’argent virtuel sont échangées, comme le bitcoin et autres (pièces Amazon, Ripple, Litecoin, Solidcoin, etc.) [7].  Ce qui est attirant pour ces compagnies, c’est que la crypto-monnaie a le caractère irréversible des paiements. Autrement dit, une transaction réglée donne aux vendeurs la garantie que la transaction ne risque pas d’être annulée. :

L’instabilité économique en Afrique est l’une des raisons pour lesquelles les Africains passent à la crypto-monnaie. Les entreprises comme Bitcoin n’ont pas de domaine unique, l’argent échangé par l’entreprise n’est pas affecté par les taux d’inflation d’un seul pays permettant aux citoyens de protéger leurs revenus d’une économie défaillante. En outre, les paiements transfrontaliers sont plus faciles avec le Bitcoin. Par exemple, Paypal a déjà été interdit au Nigeria en raison de ses activités frauduleuses et de blanchiment d’argent, mais les sociétés de crypto-monnaie utilisent une technologie de blockchain qui stocke les documents publics dans un système décentralisé, ce qui signifie que transactions ne peuvent pas être interdites à partir d’un seul pays. En outre, les transactions en crypto-monnaie sont rapides, les coûts de transaction sont moins élevés et il n’y a pas d’intermédiaires car elles sont décentralisées. Enfin, elles sont sécurisées sur le plan cryptographique. Les propriétaires d’entreprises en Afrique veulent souvent étendre leurs activités à l’échelle internationale. Certaines de ces entreprises ont commencé à utiliser la blockchain et la crypto-monnaie afin d’attirer l’attention du marché international et de protéger les entreprises contre la dévaluation des devises. Ainsi, l’interdiction de la crypto-monnaie par le gouvernement ne peut pas arrêter les transactions en ligne de monnaie virtuelle.

Les principaux processus de politique monétaire

Le nouvel environnement de la politique monétaire, avantages et inconvénients : « La politique monétaire est l’ensemble des mesures, décisions et actions prises par les autorités monétaires publiques afin d’assurer le bon fonctionnement de l’économie. C’est une politique conjoncturelle qui vise à orienter l’activité économique en régulariser la masse monétaire “[13].

L’utilisation accrue des crypto-monnaies pourrait avoir des conséquences profondes sur le système financier ainsi que sur la conduite et l’efficacité de la politique monétaire. La démonétisation a des conséquences importantes pour tous les agrégats monétaires et économiques.

Dans son livre « The Curse of Cash » publié en septembre 2016, l’économiste K. Rogoff écrit : « La liquidité stimule la croissance de l’économie souterraine plutôt que celle de l’économie officielle ». Il ajoute : « Je ne suis pas favorable à une société sans argent liquide, ce qui ne serait ni faisable ni souhaitable à l’heure actuelle. Pourtant, une société sans argent liquide serait plus juste et plus sûre ».

En revanche, dans une étude récente du FMI en 2017, l’impact est majeur au niveau de la politique monétaire, ainsi la Bundesbank, dans une étude de 2014, estime que réduire les coûts de transformation permettrait un gain de 2 à 3% du PIB en Allemagne. Les effets sont cependant plus structurants en matière monétaire. Tant qu’il y a la possibilité d’avoir un porte-monnaie électronique [15].

Cependant, une démonétisation complète présente des risques pour le contrôle des agrégats monétaires d’une part et pour la stabilité financière et monétaire d’autre part. La banque centrale se trouve dans l’incapacité de piloter les taux d’intérêt.

Du côté de la demande, le public préfère utiliser la crypto-monnaie émise par le secteur privé plutôt que la devise principale émise par une organisation publique pour des raisons de confidentialité.

L’offre de crypto-monnaie en particulier par le secteur privé est inflexible par rapport à la masse monétaire circulant dans l’économie. L’utilisation généralisée des cryptomonnaies malgré leurs caractéristiques peu satisfaisantes par rapport aux monnaies légales. La question se pose alors : pourquoi cette monnaie est-elle incapable de bien jouer les rôles de moyen d’échange, d’unité de compte et de réserve de valeur – parce que l’offre de cette monnaie est inélastique – est choisie ?

Instruments de politique monétaire :

Les instruments de politique monétaire sont de deux sortes : les réserves obligatoires et les instruments de taux d’intérêt tels que les opérations d’« open market » qui servent à signaler l’orientation de la politique monétaire.

Les innovations financières, l’essor des marchés financiers internationaux et la transformation des formes de monnaie, qui ont remis en cause les conceptions dominantes de la politique monétaire. Tout cela a contraint les autorités monétaires à adopter de nouvelles dispositions pour contrôler l’émission de la crypto-monnaie et sa gestion afin de mener une politique monétaire efficace [12].

Démonétisation et politique monétaire, le cas de la Suède : parmi les principales économies mondiales de crypto-monnaies ; on cite la Suède, avec une baisse des liquidités de plus de 50 %, et ce depuis 2010. Cela a permis à l’Etat suédois de lutter contre l’évasion fiscale et la corruption. Cela reflète particulièrement la politique monétaire d’une manière remarquable.

La Riksbank (la banque centrale suédoise) a mis en place sa monnaie numérique centrale appelée « E-Krona » [24].

La Riksbank considère le manque d’argent liquide comme une menace pour le système de paiement, ce critère a été pris en considération lors de la préparation de la crypto-monnaie E-Korna.

En fait, ce risque se manifeste car la création monétaire par le secteur privé en dehors du cycle de la banque centrale suédoise génère un risque de se trouver dans des situations de monopole menées par des fournisseurs privés, qui se répercute sur les coûts par la banque centrale suédoise. Suivant. La banque centrale craint dans une telle situation de perdre le contrôle de la monnaie et donc de l’efficacité de la politique monétaire [25].

La Riksbank a pris la décision de procéder à une transition progressive et d’introduire une crypto-monnaie centrale dans le but d’augmenter sa capacité à gérer la masse monétaire et à assurer la stabilité du système de paiement et de maintenir son rôle de banque des banques. Dans ce contexte, une nouvelle version dématérialisée de la monnaie a été testée par la Riksbank, dans le but d’assurer la pérennité et la résilience des systèmes de paiement. L’E-Korna, qui est en phase d’étude technique et législative, fera l’objet d’une conception de manière à prendre la forme de monnaie électronique et ce en proposant au public d’ouvrir des comptes à la banque centrale qui leur permet d’échanger cours légal en monnaie centrale via un taux de change fixé par la banque centrale, et dans une séparation de ces deux formes de monnaie, ou en émettant une crypto-monnaie centrale par la Riksbank sur un porte-monnaie électronique tout en préservant l’anonymat des transactions . L’anonymat n’est garanti que pour les transactions inférieures à un certain seuil (actuellement à 250 euros) qui est fixé par la banque centrale. Ainsi, E-Korna peut soit prendre la forme de monnaie électronique à la banque centrale, soit bien sûr la forme de crypto-monnaie dans un portefeuille électronique. Que ce soit dans le premier ou le second cas, les transactions s’effectuent sur un registre de distribution géré par la Riksbank reliant les prestataires de services de paiement privés, les utilisateurs finaux et tous.

Afin d’assurer un modèle d’affaires valide, la Banque du Canada a consulté des fournisseurs de services de paiement et des commerçants. Enfin, et dans un souci de prévenir l’utilisation illicite de cette monnaie, la Banque du Canada a consulté divers organismes publics pour discuter de la manière de concilier les considérations de confidentialité et d’anonymat des transactions [32].

Conclusion : En conclusion, la démonétisation est aujourd’hui un défi pour les autorités monétaires, elle présente une opportunité d’améliorer encore l’efficacité de la politique monétaire, mais cela doit être fait en tenant compte des risques énormes liés à la stabilité du système financier, ainsi que que les mécanismes par lesquels ces activités sont exercées, la réduction de ces risques liés aux systèmes de paiement passe nécessairement par le déploiement de la monnaie centrale cryptée et une meilleure maîtrise de son émission, dans un cadre réglementaire et législatif bien défini, assurant un bon climat de compétitivité mais surtout un haut niveau de sécurité et de garantie pour l’ensemble du système et ses parties prenantes.

Consommation Electricité par les Mineurs

Les recherches effectuées par le service de comparaison des tarifs de l’énergie montrent que la quantité d’énergie dépensée pour l’extraction du Bitcoin dans le monde a déjà dépassé la quantité utilisée en moyenne par l’Irlande et la plupart des nations africaines et est supérieure à l’utilisation annuelle de près de 160 pays. Les mineurs ont recours à des ordinateurs de plus en plus puissants pour accomplir ces tâches et gagner du Bitcoin, et par conséquent, l’exploitation minière (et, en contrepartie, les transactions de Bitcoin) consomme de plus en plus d’électricité. En effet, selon la banque néerlandaise ING, une seule transaction de Bitcoin consomme autant d’électricité pour alimenter une maison pendant un mois entier.

Source: http://www.businessworld.in/article/Bitcoin-Electricity-Consumption-Unsustainable-Cryptocurrency/29-11-2017-133168/ 


Adoption de la crypto-monnaie en Afrique

Une crypto-monnaie est un type de monnaie qui utilise des fichiers numériques comme monnaie basée sur un système ouvert qui enregistre les transactions dans des codes appelés « blockchain technology ». Habituellement, dans la crypto-monnaie, les fichiers sont créés en utilisant les mêmes méthodes que la cryptographie (la science de la dissimulation de l’information). La crypto-monnaie utilise …



Leave a Reply