Ahmed Balafrej : Père fondateur de la diplomatie marocaine

PARENTAL HERITAGE OF MOROCCAN NATIONALISM

November 6 2015

Ahmed Balafrej was a close friend of my own Father, Moulay Ahmed Cherkaoui during the time of heightening struggles for the independence of Morocco.

My Celebration in Spanish of our Recovery of our Moroccan Sahara from its occupation by the Colonialist Spanish State.

I’ll let you imagine the happy song I was singing at that time.

As my Sister said, we inherited the active nationalist spirit from our Father Moulay Ahmed Cherkaoui who asked the Ministry of Transport and Mining Services to grant him a public transport license to open a direct line toward the Moroccan Sahara by connecting Casablanca Sidi Ifni / Tarfaya and the Moroccan Sahara and that during the forties and fifties of the last century.

Moulay Ahmed Cherkaoui had a vision of Moroccan territory before the time of liberation, he projected freedom of movement for Moroccans and wanted to be the vehicle for crossing borders beyond the colonial barriers that have fragmented Morocco. In fact, Moulay Ahmed Cherkaoui owned and operated travel transport licenses for intercity all directions in Morocco connecting the north occupied by Spanish Protectorate to the middle occupied by French Protectorate.

For Moulay Ahmed Cherkaoui this kind of connection represented for him an opportunity to show its nationalist temperament. He has always considered Morocco as indivisible and he has also done it by visiting all the Soufi Zawiya and Marabout to celebrate their births with the followers which was also an occasion to cement ties and relations with believers in the movement of independence and the spirits of many of these Saints that were in the past Moudjahidines, including the ones from the Zawiya of his own ancestors Cherkawiya of Boujad and the surrounding towns.

Ahmed Balafrej and my Father Moulay Ahmed Cherkaoui were close friends that started in Cairo, Egypt in 1927 and they have embarked together in many interactions later on. Balafrej was a name I have heard regularly in our house like the ones of other resistants and nationalistes of the first hour of the struggle. My father was behind the scene a facilitator and organizer as well as financier and helper of the movement of independence in the cities where his business carried its operations which was the transportation of travelers and merchandises and he was the first Moroccan Muslim who started in Morocco the services of public transports.

The buses of my Father were the carrier of couriers, supply of all kind and informations for the nationalists around Morocco, given the buses of my Father had licence for transport that is “Transport Toutes Directions – Transportation for All Directions” and this was given to my Father given that Morocco had insufficient infrastructure and few services for transportation in addition that many regions were not under control of the French colonial administration and my Father could venture in such regions considering his relations and reputation the local chiefs of tribes.

Furthermore, Moulay Ahmed Cherkaoui, following the end of the Rif War, traveled to Cairo to contact the Moroccan nationalists living or self-exiled in this city and the Moroccan Students at the Azhar University.

Moulay Ahmed Cherkaoui met Ahmed Balafrej who has since become his friend until the advent of independence and Balafrej’s new governmental responsibilities. Also, Moulay Ahmed Cherkaoui financed the construction of a mosque / meeting center in Cairo for Moroccan students residing in the Egyptian capital, this construction had brought them closer and Ahmed Balafrej and Moulay Ahmed Cherkaoui discussed together gave the idea to my Moulay Ahmed to build a school teaching Arabic for the children of the Moroccan people in El Jadida in Morocco, city of residence of Moulay Ahmed Cherkaoui. Ahmed Balafrej was one of the first to encourage my father to build such a school, since he himself had first taken classes in a school teaching Arabic in Rabat and his presence in Cairo where he met my father in is the result.

Moulay Ahmed Cherkaoui financed the construction of a mosque / meeting center in Cairo for Moroccan students residing in the Egyptian capital.

Henceforth, Moulay Ahmed Cherkaoui, following the exile of Abdelkrim Khattabi, decided to travel to the Middle East between 1925 and 1930.

In fact, my whole family was the victim of reprisals from the French colonial authorities who sought to repress everything that represents a demand for independence, especially since the issue of Morocco was linked to that of Algeria and Tunisia.

My own brother spent more than 2 years of hard labor in the Atlas Mountains

My own Father was thrown in prison and lost all his property and he was obliged to transfer the little that remained in the name of my Mother and my brothers and sisters when I was not yet born.

One of my Father’s cousins was shot in broad daylight in Marrakech, the same week was my Father’s imprisonment.

Also, my father had built a school to teach Arabic to the sons of the people in Mazagan – El Jadida, it was usurped by the Istiqlalians who manage it until now: Madrassa Hassania.

This Madrasa Hassania was the result of the meeting between my Father Moulay Ahmed Cherkaoui and Ahmed Balafrej in Cairo. My Father had financed the construction of premises in the Hay Maghariba next to the University of Azhar for Moroccan Students and refugees from the Rif War settled in Cairo (see photo: Moulay Ahmed Cherkaoui in Cairo, Egypt 1927- 1930).

This had allowed the meeting between my Father and Balafrej who became Friends until Balafrej was swallowed up by his job in the Moroccan State and especially in the shenanigans of the usurpers of national power, the former collaborators / former Military of the regime of the Protectorate and the Istiqlalian usurpers.

Ahmed Balafrej is more than just a political figure, he was a Man of words and affection with a great sense of honor and loyalty qualities that become obsolete during the post-independence thanks to Politique Politicienne by multiplied by political parties.

Ahmed Balafrej found himself faced with continual opposition, antagonism, manigances and manipulations like what happen to Ghandi.

How our family knows Ahmed Balafrej, after the sudden death of Mohammed V, he resigned first from all the official duties and became close to Moulay Hassan II just to protect Him and Morocco against the foreign interests still holding strong hands on Morocco through the descendants of the collaborators with the French Protectorate.

Morocco at that the time of the sudden death of Mohammed V who was the symbol of liberation of Morocco and the promoter of liberation of other surrounding african nations which added more oil on the fire set by the Neo-colonialists and the new rising elites coming from the Kissariates and formed in Grandes Ecoles of Bordeaux and Paris. Similar social conditioning happen later in Iran with the Bazaristes and their sons in Europe who became the rulers topping the Shah.

Ahmed Balafrej tried to save Morocco from such undermining from inside which ended up by the jailing of his own son by whom, an ex-capitain of the Colonial French Army, who became l’Homme Fort du Maroc, General Oufkir. More to say about this .. later on.

For Moulay Ahmed Cherkaoui, all these activities have helped to strengthen awareness and ties between Moroccans with the aim of maintaining contact between them and showing their attachment to the ideal of restoring the legitimate right to the independence of the Kingdom of Morocco and the Sultanate of Morocco within a Single Morocco.

What I describe above is based on authentic documentation and actions taken directly by my Father Moulay Ahmed Cherkaoui, Rest Soul and Spirit in Peace in Jena among Saints and Benefactors

Said El Mansour Cherkaoui 7/11/2021

Progressive Isolation and Demise of Ahmed Balafrej

Ahmed Balafrej is more than just a political figure, he was a Man of words and affection with a great sense of honor and loyalty qualities that become obsolete during the post-independence thanks to Politique Politicienne by multiplied by political parties.

Ahmed Balafrej found himself faced with continual opposition, antagonism, manigances and manipulations like what happen to Ghandi.

How our family knows Ahmed Balafrej, after the sudden death of Mohammed V, he resigned first from all the official duties and became close to Moulay Hassan II just to protect Him and Morocco against the foreign interests still holding strong hands on Morocco through the descendants of the collaborators with the French Protectorate.

Morocco at that the time of the sudden death of Mohammed V who was the symbol of liberation of Morocco and the promoter of liberation of other surrounding african nations which added more oil on the fire set by the Neo-colonialists and the new rising elites coming from the Kissariates and formed in Grandes Ecoles of Bordeaux and Paris. Similar social conditioning happen later in Iran with the Bazaristes and their sons in Europe who became the rulers topping the Shah.

Ahmed Balafrej tried to save Morocco from such undermining from inside and the repression against the real militants and the ones who did not accept the New Colonialism sliding behind and under liberal democratic make-ups and multiple splits in the ranks of the nationalists and the rising of multipartism without having a democratic space of actions or legitimization. All these changes on the top of the a society still wounded by more than 40 years of divisions and massacres conducted by the Spanish and the French colonial occupiers of Morocco under the disguise of Protectorate of the King while it was the protection of their own intrinsic interests and those collaborating with them locally. All these scenarios scripted in the European Metropoles ended up by the dismantling of the National Army of Liberation in the Northern Rif and in the Southern Sahara, the condemning with heavy jail sentences all the militants still seeking a national liberation at the economic and financial level, the elimination of hardcore resistants, the administration of Morocco through emergency legislation and acts, the disappearance of political activists, the exile of the most prominent figures. The perpetrators of these repressive policies have completely wipe out the resistance movement of the national liberation which isolated further Ahmed Balafrej becoming a Lion in a cage. However lion stays a lion, so they pusch the Machevielic drive to the summum of cynicism. Given that these comploters could not break the strong tie and relation between Ahmed Balafrej and the Throne / Monarchy of Morocco, so they attack him at the level of his own emotion which made these continual waves of repression to continued without interruption to the point that it culminates to the level of jailing the own son of Ahmed Balafrej under the direction and the orchestration of a ferocious team led by ex-captain of the Colonial French Army in Italy and Indochine, who was placed behind Mohammed V as personal guard by the French Chancellerie and Secret Services and was helped to become l’Homme Fort du Maroc, General Oufkir. More to say about this ..

Ahmed Balafrej had to quit forever the political scene that became directed by scripts and directors and producers made and tailored to the needs of calibration and definition of roles and functions decided by the large conglomerates that have been the first reason in the invasion of Algeria, Tunisia and Morocco and the rest of Africa:

Plus ca change, plus ca reste la meme chose, the Change of the Means with the Continuity of the Ends

later on.


Said El Mansour Cherkaoui
November 6, 2015 · El Jadida, Morocco

Ma célébration en espagnol de notre récupération de notre Sahara marocain de son occupation par l’État colonialiste espagnol.

Je vous laisse imaginer la chanson joyeuse que je chantais à ce moment-là. Comme l’a dit ma Sœur, nous avons hérité de l’esprit nationaliste actif de notre Père Moulay Ahmed Cherkaoui qui a demandé au Ministère des Transports et des Services Miniers de lui accorder une licence de transport public pour ouvrir une ligne directe vers le Sahara marocain en reliant Casablanca Sidi Ifni / Tarfaya et le Sahara marocain et cela durant les années quarante et cinquante du siècle dernier.

Moulay Ahmed Cherkaoui avait une vision du territoire marocain avant l’heure de la libération, il projetait la liberté de circulation des Marocains et voulait être le véhicule du franchissement des frontières au-delà des barrières coloniales qui ont fragmenté le Maroc.

En fait, Moulay Ahmed Cherkaoui possédait et exploitait des licences de transport de voyage interurbain toutes directions au Maroc reliant le nord occupé par le protectorat espagnol avec le milieu du Maroc occupé par le protectorat français. Ainsi Moulay Ahmed Cherkaoui établissait un genre de rapprochement qui représentait pour lui l’occasion de montrer son tempérament nationaliste et contribuer a maintenir la liaison entre les deux Maroc colonisés et ses citoyens.

Moulay Ahmed Cherkaoui a toujours considéré le Maroc comme indivisible et il l’a également fait en visitant tous les Soufi Zawiya et Marabout pour célébrer leurs naissances avec les fidèles ce qui était aussi l’occasion de cimenter les liens et les relations avec les croyants dans le mouvement d’indépendance et ranimer les esprits autour de ces Saints qui étaient autrefois des Moujahidines, y compris ceux de la Zawiya de ses propres ancêtres, la Cherkawiya de Boujad et des villes environnantes.

Ahmed Balafrej et mon père Moulay Ahmed Cherkaoui étaient des amis proches qui ont commencé au Caire, en Égypte en 1927 et ils se sont embarqués ensemble dans de nombreuses interactions plus tard. Balafrej était un nom que j’entendais régulièrement dans notre maison comme ceux d’autres résistants et nationalistes de la première heure de la lutte. Mon père était dans les coulisses un facilitateur et organisateur ainsi que financier et aide du mouvement d’indépendance dans les villes où son entreprise portait ses opérations qui était le transport de voyageurs et de marchandises et il a été le premier musulman marocain qui a commencé au Maroc le services de transports en commun.

Les bus de mon Père étaient le transporteur de courriers, de ravitaillement en tout genre et d’informations pour les nationalistes à travers le Maroc, étant donné que les bus de mon Père avaient une licence de transport qui est “Transport Toutes Directions – Transport pour Toutes les Directions” et cela a été donné à mon Père étant donné que le Maroc avait des infrastructures insuffisantes et peu de services de transport en plus que de nombreuses régions n’étaient pas sous le contrôle de l’administration coloniale française et mon Père pouvait s’aventurer dans de telles régions compte tenu de ses relations et de sa réputation avec les chefs de tribus locaux.

De même, Moulay Ahmed Cherkaoui, suite à l’exil d’Abdelkrim Khattabi, décida de voyager au Moyen-Orient entre 1925 et 1930. Ainsi, Moulay Ahmed Cherkaoui, à la fin de la guerre du Rif, s’est rendu au Caire pour contacter les nationalistes marocains vivant ou auto-exilés dans cette ville ainsi que les étudiants marocains de l’Université Azhar.

Moulay Ahmed Cherkaoui rencontra Ahmed Balafrej qui est devenu depuis ce moment son Ami jusqu’à l’avènement de l’indépendance et les nouvelles responsabilités gouvernementales de Balafrej. Aussi, Moulay Ahmed Cherkaoui finança la construction d’une mosquée / centre de rencontre au Caire pour les Etudiants Marocains résidant dans la capitale égyptienne, cette construction les avait rapproché plus et Ahmed Balafrej et Moulay Ahmed Cherkaoui discutèrent ensemble donna l’idée a mon Moulay Ahmed de construire une Ecole enseignant l’Arabe pour les enfants du peuple marocain a El Jadida au Maroc, ville de résidence de Moulay Ahmed Cherkaoui. Ahmed Balafrej fut l’un des des premiers a encourager mon Pere de construire une telle école vu que lui même il avait suivi des cours en premier dans une école enseignant l’Arabe a Rabat et que sa présence au Caire ou il rencontra mon Père en est le résultat.

Le voyage de Moulay Ahmed Cherkaoui fit le tour du Moyen-Orient (Egypte, Palestine, Syrie, Irak et péninsule arabique) et des rencontres en personne avec des islamistes et des soufis et cela à travers ses pèlerinages à Jérusalem, La Mecque – Médine, Damas et Bagdad.

En fait, toute ma Famille fut victime des représailles des autorités coloniales françaises qui cherchaient a réprimer tout ce que représente une revendication indépendantiste surtout que l’enjeu du Maroc était lié a celui de l’Algérie et de la Tunisie.

Mon propre frère a passé plus que de 2 ans de travaux forcés dans les montagnes de l’Atlas

Mon propre Père a été jeté en prison et perdit tous ses biens et il fut obligé de transférer le peu qui restait au nom de ma Mère et mes frères et sœurs alors que je n’étais pas encore né.

Un des cousins de mon Père fut abattu en plein jour à Marrakech, la même semaine fut l’emprisonnement de mon Père.

Aussi, mon Père avait construit une École pour enseigner l’arabe aux fils du peuple a Mazagan – El Jadida, elle fut usurpée par les Istiqlaliens qui la gèrent jusqu’à maintenant: Madrassa Hassania.

Cette Madrasa Hassania fut le résultat de la rencontre entre mon Père Moulay Ahmed Cherkaoui et Ahmed Balafrej au Caire. Mon Père avait financé la construction d’un local dans le Hay Maghariba à côté de l’Université de Azhar pour les Étudiants Marocains et les réfugiés de la Guerre du Rif installés au Caire (voir photo: Moulay Ahmed Cherkaoui au Caire, Egypte 1927-1930).

Cela avait permis la rencontre entre mon Père et Balafrej qui sont devenus des Amis jusqu’à ce que Balafrej fut englouti par son boulot dans l’Etat Marocain et surtout dans les manigances des usurpateurs du pouvoir national, les anciens collaborateurs / ex Militaire du régime du Protectorat et les usurpateurs Istiqlaliens.

Pour Moulay Ahmed Cherkaoui, toutes ces activités ont contribué à renforcer la prise de conscience et les liens entre les Marocains dans le but de maintenir le contact entre eux et de manifester leur attachement à l’idéal de restaurer le droit légitime à l’indépendance du Royaume du Maroc et du Sultanat du Maroc au sein d’un Maroc Unique.

Ce que je décris ci-dessus est basé sur une documentation authentique et par des actions prises directement par mon Père Moulay Ahmed Cherkaoui, Repose Âme et Esprit en Paix à Jena parmi les Saints et les Bienfaiteurs

Said El Mansour Cherkaoui 7/11/2021

Ahmed Balafrej est plus qu’une simple personnalité politique, c’était un Homme de paroles et d’affection avec un grand sens de l’honneur et des qualités de loyauté devenues obsolètes lors de l’après-indépendance grâce à la Politique Politicienne multipliée par les partis politiques.

Ahmed Balafrej s’est retrouvé face à une opposition, des antagonismes, des manigances et des manipulations continuels comme ce qui est arrivé à Ghandi.

Comment notre famille connaît Ahmed Balafrej, après la mort subite de Mohammed V, il a démissionné d’abord de toutes les fonctions officielles et s’est rapproché de Moulay Hassan II juste pour le protéger lui et le Maroc contre les intérêts étrangers qui tiennent encore le Maroc à travers les descendants de les collaborateurs du protectorat français.

Le Maroc à l’époque de la mort subite de Mohammed V qui était le symbole de la libération du Maroc et le promoteur de la libération des autres nations africaines environnantes qui a ajouté plus d’huile sur le feu allumé par les néo-colonialistes et les nouvelles élites montantes venues de les Kissariates et formé dans les Grandes Ecoles de Bordeaux et de Paris. Un conditionnement social similaire se produit plus tard en Iran avec les Bazaristes et leurs fils en Europe qui sont devenus les dirigeants en tête du Shah.

Ahmed Balafrej a tenté de sauver le Maroc d’une telle sape de l’intérieur et de la répression contre les vrais militants et ceux qui n’acceptaient pas le Nouveau Colonialisme glissant derrière et sous le maquillage démocratique libéral et plus divisé dans les rangs des nationalistes et la montée des multipartisme sans disposer d’un espace démocratique d’actions ou de légitimation. Tous ces changements au sommet d’une société encore meurtrie par plus de 40 ans de divisions et de massacres menés par les occupants coloniaux espagnols et français du Maroc sous le déguisement de Protectorat du Roi alors qu’il s’agissait de la protection de leurs propres intérêts intrinsèques. et ceux qui collaborent avec eux localement. Tous ces scénarios scénarisés dans les Métropoles européennes se sont soldés par le démantèlement de l’Armée Nationale de Libération dans le Nord Rif et dans le Sud Sahara, la condamnation à de lourdes peines de prison de tous les militants encore en quête d’une libération nationale sur le plan économique et financier, l’élimination des résistants purs et durs, l’administration du Maroc par des lois et des actes d’urgence, la disparition des activités politiques, l’exil des personnalités les plus en vue. Les auteurs de ces politiques répressives ont complètement anéanti le mouvement de résistance de libération nationale qui a isolé davantage Ahmed Balafrej en devenant un Lion en cage. Cependant le lion reste un lion, alors ils poussent la pulsion Machevielique au summum du cynisme. Étant donné que ces comploteurs n’ont pas pu rompre le lien et la relation solides entre Ahmed Balafrej et le Trône / Monarchie du Maroc, ils l’attaquent donc au niveau de sa propre émotion qui a fait que ces vagues continuelles de répression se sont poursuivies sans interruption au point qu’il culmine au niveau de l’emprisonnement du propre fils d’Ahmed Balafrej sous la direction et l’orchestration d’une équipe fécirieuse dirigée par l’ex-capitaine de l’armée française coloniale en Italie et en Indochine, qui a été placé derrière Mohammed V comme garde personnel par la Chancellerie française et des services secrets et a été aidé à devenir l’Homme Fort du Maroc, le général Oufkir. Plus à dire à ce sujet ..

Ahmed Balafrej a dû quitter à jamais la scène politique qui devenait dirigée par des scénarios et des réalisateurs et des producteurs faits et adaptés aux besoins de calibrage et de définition des rôles et des fonctions décidés par les grands conglomérats qui ont été la première raison de l’invasion de l’Algérie, de la Tunisie. et le Maroc et le reste de l’Afrique : Plus ca change, plus ca reste la meme chose, le changement des moyens avec la continuite des fins.

plus tard.

Actu Maroc

Rédigé par Amine ATER le Dimanche 24 Avril 2022

C’est un héritage considérable qu’a laissé Ahmed Balafrej au Royaume, résistant de la première heure, sherpa du mouvement national, fondateur de la diplomatie marocaine…

Ahmed Balafrej : Père fondateur de la diplomatie marocaine

I l y a trente-deux ans s’éteignait Ahmed Balafrej. Résistant de la première heure, fondateur de la première école marocaine non coloniale bilingue, rédacteur historique du manifeste de l’Indépendance, premier secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, fondateur et premier rédacteur en chef du quotidien Al Alam, négociateur dans l’ombre de l’indépendance, premier chef de la diplomatie et président du Conseil du premier et unique gouvernement intégralement istiqlalien, Balafrej fait incontestablement partie des Pères fondateurs du Maroc moderne post-colonial.

Parcours académique marquant

Descendant des hornacheros musulmans d’Estrémadure qui trouvèrent refuge à Rabat après la Reconquista en 1610, Ahmed Balafrej est né en 1908, dans la médina de Rabat, dans une famille de notables. Un lignage qui lui permettra d’intégrer l’école des notables de Bab Laâlou, avant d’intégrer le Collège musulman de Rabat qui deviendra le lycée Moulay Youssef où il poursuit des études secondaires. Protectorat oblige, il se voit obligé de s’exiler tôt en France pour décrocher son baccalauréat au Lycée Henri-IV de Paris.

Une fois le précieux sésame décroché, il s’établit au Caire en 1927 où il approfondit ses études arabes sur les bancs de l’Université Fouad Ier du Caire, avant de revenir à Paris où il rejoint la Sorbonne pour y décrocher une licence ès lettres et un diplôme de sciences politiques entre 1928 et 1932. Une période charnière pour Balafrej où il construit sa conscience nationale et pose la base de son engagement futur. Balafrej fonde dès 1926 la Société des amis de la vérité à Rabat, un club de débat politique qui fera partie des premières organisations nationalistes du Royaume.

Une année plus tard, il participera à la création à Paris de l’Association des étudiants musulmans nordafricains en France (AEMNAF) avec Mohamed Hassan Ouazzani. Ils y seront rejoints par la suite par d’autres figures emblématiques comme Mohamed El Fassi et Abdelkhalek Torres. A l’image d’un bon nombre de militants pour l’indépendance, l’épisode du Dahir berbère en 1930 représente un point de bascule pour Ahmed Balafrej. Bien qu’établi en France au moment des faits, il profitera justement de cet éloignement pour servir de porte-voix à l’international du mouvement de protestation qui battait son plein au Maroc, notamment dans les mosquées.

Diplomate officieux

En plus de représenter l’une de ses premières actions diplomatiques, cet épisode lui permettra d’entrer en contact avec l’émir Chekib Arsalan, figure emblématique de la Nahda établit en Suisse. Le courant passe tout de suite entre le jeune militant marocain et l’émir druze, qui se lieront d’amitié. Arsalan devient rapidement l’un des principaux soutiens à l’international du mouvement de protestation contre le Dahir berbère et l’un des architectes de l’union entre nationalistes des zones Nord et Sud du Royaume. Balafrej crée dans la foulée, avec Mohamed Lyazidi, la section rbatie du Comité d’action marocain (CAM). Le CAM qui regroupe des jeunes nationalistes urbains sera le noyau du futur mouvement nationaliste marocain.

Il devient secrétaire général du réseau du CAM en février 1937, avant son interdiction par les autorités coloniales quelques mois plus tard. Une réaction du protectorat qui n’empêche pas Balafrej d’organiser, en avril de la même année, le congrès clandestin du « Parti National ». 1937 représente, par ailleurs, l’année où la rupture totale sera consommée entre protectorat et nationalistes. Ces derniers visent dorénavant la fin de l’occupation étrangère et l’indépendance totale du Royaume et abandonnent l’option d’un partage du pouvoir avec les autorités coloniales, notamment suite à l’arrestation et le bannissement de cadres du mouvement, à l’image de l’exil forcé de Allal El Fassi au Gabon durant 9 ans.

Deux années plus tard, le déclenchement de la Seconde guerre mondiale puis l’effondrement de la France devant le Blitzkrieg allemand en 1940 viennent balayer le statu quo et ébranler considérablement l’équilibre des puissances coloniales. Etabli à Tanger durant la Bataille de France, il assiste à l’invasion de la ville sous statut international par le régime franquiste qui profite du chaos en Europe pour compléter le contrôle sur la côte méditerranéenne en juin 1940. Celui qui sera le futur ministre des Affaires étrangères s’oppose très tôt à toute alliance avec le régime nazi.

Quatre ans plus tard, voyant venir le mouvement de décolonisation et la fin de l’ère des empires, Balafrej passe à l’action et rédige le Manifeste de l’indépendance qui sera signé le 11 janvier 1944 par 67 autres leaders nationalistes. Un événement historique qui représente l’acte fondateur du Parti de l’Istiqlal dont Balafrej devient le premier secrétaire général. Soumis dans la foulée au Sultan Mohammed V, le Manifeste entraînera son arrestation par les autorités coloniales, puis son envoi en exil en Corse en mai 1944.

Il sera amnistié à la fin de la guerre et sera autorisé à rentrer au Maroc en juin 1946. Trois mois plus tard, il fonde le quotidien Al Alam, dont il est le premier rédacteur en chef. Une année plus tard, il reprend son bâton de pèlerin, s’installe à Madrid d’où il défend la cause de l’indépendance en menant une campagne diplomatique aux Etats Unis, en Suisse, en France et en Espagne.

L’un de ses principaux faits d’arme reste la mise en place du « Bureau marocain d’Information et de Documentation » à New York. Cette antenne américaine permettra à Balafrej de mettre en oeuvre un intense effort de lobbying pour convaincre Washington de pousser Paris et Madrid à abandonner leur protectorat. L’un des principaux défis qu’a su relever avec brio le diplomate officieux est de convaincre les autorités américaines des capacités d’un pouvoir marocain indépendant à défendre leurs intérêts dans le détroit de Gibraltar, en pleine guerre froide.

A l’indépendance, c’est tout naturellement qu’il devient le premier ministre des Affaires étrangères du Royaume. Fondateur de la diplomatie marocaine, il commence par dissocier le MAE de toute influence du Quai d’Orsay avec la signature de la convention franco-marocaine du 20 mai 1956. Balafrej sera également à la manoeuvre lors des tractations pour la libération de Tarfaya et le retour de Tanger sous souveraineté marocaine.

Le défi de l’indépendance

Il s’attelle par la suite à la création du réseau d’ambassades et de consulats marocains et à intégrer le Royaume dans les grandes organisations internationales (ONU, Ligue des Etats Arabes et Organisation de l’Unité Africaine) en juillet 1956. Deux ans plus tard, il succède à M’barek Bekkaï, en tant que Président du Conseil et dirige le premier et unique gouvernement 100% istiqlalien. Jusqu’à sa démission en décembre 1958, il redouble d’effort pour poser les bases d’une monarchie constitutionnelle au Maroc.

Après un passage à vide, il revient à la tête du MAE en 1962 avant d’être nommé de 1963 à 1972 représentant personnel du Roi. À la suite de l’arrestation de l’un de ses enfants sur ordre du Général Oufkir en 1972, Ahmed Balafrej démissionne de l’ensemble de ses fonctions officielles et se retire de la vie politique, avant de s’éteindre en mai 1990 à Rabat.

Amine ATER

Leave a Reply